#GP2 - Budapest: Nobuharu Matsushita comme un grand !

 -  27 Juillet 2015, 15:48  -  #GP2-GP3

 

 

Le GP2 séries comme nous le savons tous ou presque une  catégorie d'accès à la Formule 1: certes on arrive pas aussi vite à l'échelon ultime que par le passé, mais le spectacle et bagarres en tous genres et dans le tous les sens font du GP2 : le meilleur vivier de pilotes en devenir. Débutant ne veut pas dire pour autant portefeuille roulant ou « vieux » briscard, c'est en tout cas ce qu'a démontré Nobuharu « Nobu » Matsushita ce week-end en Hongrie.

Sur un circuit particulièrement exigeant le champion en titre de Formule 3 japonaise a certes, « manqué » ses qualifications du samedi, mais a refait son retard entre la Course 1 jusqu'à une première victoire ce dimanche.

Le scénario n'était pas écrit d'avance pour Matsushita parti en première ligne dimanche grâce à sa 8e place la acquise la veille au terme du superbe remontée : 21e à 8e. Le potentiel du protégé de la marque Honda a fait le trou dès le feu vert, gardant dans ses rétroviseurs Stoffel Vandoorne son coéquipier chez ART GP. Le japonais creusera un écart au fil des tours en répondant à Vandoorne qui n'a pas à mon sens « laisser  partir » Nobuharu. Au contraire, le belge signe plusieurs fois le meilleur tour en course Matsuhita répond. Vandoorne très bien placé au championnat a assuré un doublé permettant à ART de conserver la tête au classement des équipes. Matsushita a fait toute sa carrière après le karting au Japon. Il a remporté le titre en formule Renault Challenge en 2011 puis la formule 3 en 2014. Rappelons que Nobuharu a roulé en essais privés en Super Formula Nippon (NDRL: pour Real Racing) à SUGO en fin d'année avant de s'envoler pour les tests d'Abu Dhabi puis signer chez l'écurie française ART GP.


Nobuharu Matsushita: « Je ressens quelque chose d’incroyable. C’est ma première année dans la catégorie et j’ai encore tellement de choses à apprendre, comme les circuits. Mais ART Grand Prix fait un travail fabuleux et l’auto était un vrai plaisir à piloter. Dans les premiers tours de la seconde course, je volais puis, grâce aux réglages sur lesquels nous avons bien travaillé, nous n’avons pas eu de problème pour gérer les pneus avec quelque chose comme 20°C de moins dans l’air par rapport à la veille. Mais nous ne devons pas nous reposer sur nos lauriers, car la concurrence est féroce. Cette victoire est un coup de turbo pour la confiance et c’est une belle récompense pour l’équipe, mais il faut continuer à donner le maximum. »

 
Sébastien Philippe (Team manager) : « Je suis fier de la réaction de l’équipe dans une période humainement douloureuse. Le week-end a pourtant été un peu frustrant au début, car nous avons raté la pole position de peu avec Stoffel et car Nobuharu n’a pas réussi à entrer dans le bon rythme sur l’intégralité d’un tour. Dans la première course, le choix de l’ordre des pneus est toujours un pari et il dépend souvent du moment où la voiture de sécurité va entrer en piste. Avec Stoffel, nous ne voulions pas miser sur la stratégie la plus risquée, car il vise le titre. Nous lui avons compliqué la tâche avec une erreur aux stands, mais sa course était en elle-même un modèle du genre. La stratégie a porté ses fruits avec Nobuharu. Nos deux pilotes ont été excellents dans des conditions difficiles, et ils ont été impressionnants de rapidité et de lucidité dans la course sprint. On peut difficilement espérer mieux que d’entrer dans la pause estivale avec un doublé en poche et en ayant augmenté notre avance aux deux championnats. »

 

Par : Nicolas DURA

  Tweet print  Print Page